Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

AstraZeneca cartonne à la bourse de Londres, Barclays dans les cordes

Cap sur la bourse de Londres avec le laboratoire AstraZeneca et la Barclays, deux actions sociétaires du Footsie qui connaissent des fortunes diamétralement opposées.

Action Marché Capitalisation Dernier cours Plus haut sur un an Plus bas sur un an
AstraZeneca Londres 42 milliards de livres 7.715 GBX 10.120 GBX  6.736 GBX 
Barclays Londres 101 milliards de livres 176 GBX 190 GBX 88 GBX

Des bonnes nouvelles dopent le cours d’AstraZeneca

Sur fond d'une hausse de plus de 6%, la se terminait en trombe pour le laboratoire pharmaceutique suédo-britannique, lequel a annoncé que les autorités de régulation américaines avaient approuvé son médicament Farxiga dans le traitement de l'insuffisance rénale chronique.

Selon AstraZeneca, l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) constituerait l'avancée la plus significative de ces vingt dernières années dans le traitement de la maladie.

L'insuffisance rénale chronique est généralement associée à un risque accru de crise cardiaque ou d’AVC, note le laboratoire, qui estime que 37 millions de personnes sont actuellement touchées par la maladie aux USA.

On notera qu’en parallèle, le courtier Kepler Cheuvreux et son analyste David Evans ont réitéré leur recommandation d’achat sur l’action AstraZeneca, visant un cours de 9.200 pences, contre un cours actuel de 7.715 pences.

Une avis qui tombe quelques jours après que le laboratoire ait fait part d'un bénéfice net doublé sur un an au premier trimestre, période au cours de laquelle les ventes de son vaccin contre la COVID-19 ont atteint l'équivalent de 275 millions de dollars.

L’activité de trading de Barclays fait plonger l’action

Barclays, l’une des principales banques britanniques, décrochait pour sa part de plus de 7%, pénalisée par son rapport trimestriel et singulièrement par une activité de trading jugée décevante par les analystes.

La banque d'investissement de l’établissement a certes pu capitaliser sur la frénésie du marché d'actions, mais le recul de l'activité de trading obligataire, de devises et de matières premières (FICC) impacte sur le cours de Bourse.

Barclays a pourtant été en mesure de tripler son bénéfice net à 1,7 milliards de livres (23,6 milliards d’euros) au premier trimestre, soit bien plus qu’attendu par le consensus.

En toile de fond: une forte réduction des provisions pour impayés, en raison de meilleures perspectives économiques. Le chiffre d’affaires affiche lui un repli de 6% à 5,9 milliards de livres, du fait, notamment, de la faiblesse des taux d’intérêt.

La correction observée vendredi rabotait à 22% la performance de l'action depuis le 1er janvier.