Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Porsche Automobil Holdings : relever le défi de l’électrification du haut de gamme

Porsche Automobil Holdings : relever le défi de l’électrification du haut de gamme

Les investisseurs sont gâtés – ou submergés. Ce mercredi est probablement une journée record pour la publication des résultats des sociétés cotées.

On se bouscule au portillon. Il faut donc éliminer beaucoup pour se concentrer sur ce qui peut être le plus intéressant. Par exemple les résultats trimestriels de Porsche Automobil Holding qui non seulement contrôle le constructeur de véhicules de haut de gamme que l’on connaît (plus Porsche Engineering et Porsche Design) mais est aussi, après bien des avatars, actionnaire de VW à concurrence d’un peu plus de 50 %.

L’industrie automobile est en pleine mutation, chez Porsche (et chez VW) comme ailleurs. Le défi est énorme pour le haut de gamme : comment réussir la mutation industrielle mais aussi commerciale que constitue le passage du moteur thermique au moteur électrique ? En coulisses, bien des connaisseurs se passent le message : « une Porsche électrique, ce n’est pas une Porsche ! » Pourtant les projets du constructeur dans ce domaine sont particulièrement ambitieux, comme on peut le lire sur son site : « chez Porsche, (…) à quoi réfléchissons-nous (…) ? À la voiture de sport du futur, bien sûr. (…) Avec un concept global qui associe plaisir de conduire maximal, infrastructure de recharge bien pensée et connectivité d'avenir. Et dans lequel vous avez le rôle principal : celui du conducteur d'une voiture de sport ». Porsche prévoit que 80 % de ses ventes porteront sur des véhicules électriques d’ici 2030.

Ce n’est pas tout : la marque allemande a annoncé il y a quelques semaines qu’elle allait développer ses propres batteries et son propre réseau de recharge rapide. Comme Tesla. Mais pas n’importe quelles batteries, ni n’importe quel réseau : autonomie plus importante, recharge plus rapide et réseau plus dense. En fait, avec Porsche, on se trouve au croisement de deux activités passionnantes, l’automobile et l’investissement : quel sera l’impact en Bourse des projets ambitieux de ce constructeur ?

C’est le vrai défi et la réponse du marché s’annonçait positive : il y a un mois, le cours de l’action a atteint un maximum sur 5 ans. Hélas, il a entre-temps perdu des plumes, mais la question à poser à votre conseiller financier est celle-ci : cette baisse (de plus de 10 % tout de même) est-elle une opportunité d’achat ?