Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Investir dans une obligation AAA en réal brésilien

Coup de projecteur sur le réal brésilien, monnaie de la première économie d’Amérique Latine, qui tente le rebond face aux devises fortes après ses plus bas historiques du début d'année.

Devise émergente par excellence, le réal a bouclé l'année passée sur un nouveau repli de près de 20% face au couple euro/dollar.

Impacté naturellement par la crise sanitaire, le géant économique latino-américain s'en était pourtant bien mieux sorti comparativement aux autres économies majeures de la région comme le Mexique ou l'Argentine, lesquels ont accusé une baisse de plus de 8% de l’activité, contre une récession limitée à 4,1% au Brésil.

Une résilience qui découle des aides versées jusqu’en décembre par le gouvernement brésilien à 67 millions d’habitants, soit près d'un tiers de la population, pour faire face à la pandémie.

Prépondérant pour l’activité économique, on notera que le secteur de l’agriculture et ses exportations (canne à sucre, oranges, café, maïs, soja...) s’est distingué en étant le seul à sortir la tête de l’eau.

Pour l'année en cours, les prévisions tablent sur une croissance de 3,1%, un chiffre régulièrement revu à la baisse en raison de l'aggravation de la pandémie qui a fait plus de 400.000 morts au Brésil.

La devise tente le rebond

Après avoir touché un plus bas historique en mars, la devise du pays a opéré un redressement au fil des semaines, pouvant compter sur son institution monétaire.

Début mai, la Banco Central do Brasil (BCB) a ainsi opéré un tour de vis en relevant son principal taux directeur qui s’établit désormais à 3,50%.  

Il s’agissait de la seconde hausse consécutive de ce taux, qui avait déjà été rehaussé en mars et ce pour la première fois en six ans, passant de 2%, son plancher historique, à 2,75%.

Une décision visant à juguler les poussées inflationnistes qui ont atteint plus de 6% en mars, un plus haut depuis décembre 2016 et surtout bien supérieur à l’objectif de 3,75% fixé par les autorités monétaires.

Comme bien souvent, l'institution devra trouver le juste équilibre, pour éviter que la hausse des taux n'empêche la relance économique.

Ajoutons que le réal a également été soutenu par l’adoption d’un budget 2021 respectant le plafond des dépenses et l’affirmation que les réformes fiscales et administratives seraient intensifiées.

Investir en réal brésilien avec un rendement annuel de 7,15%

Pour ceux qui seraient tentés de diversifier leur épargne dans du réal, Oblis a épinglé l'emprunt de la Banque mondiale pour la reconstruction et le développement, assortie d’un rating « AAA » chez Standard & Poor’s, ce qui permet donc de limiter le risque encouru sur l’évolution de la devise d’émission.

Remboursable en 2026, elle affiche un rendement annuel à l’échéance de 7,15%, sur base d’un cours nettement inférieur au pair : 91,75% du nominal.

Ce niveau de rémunération peut être considéré par certains comme offrant un "coussin" suffisant en cas de dépréciation de la devise. A chacun bien sûr de faire sa propre opinion sur le sujet…

Nota bene : le coupon des intérêts et le remboursement sont directement convertis en euro ou en dollar lors du paiement.