Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

AeroVironment, pour investir dans le potentiel des drones

Les dirigeants de l’entreprise californienne AeroVironment n’ont pas facilité la tâche des investisseurs en adoptant une appellation aussi tordue, mais ce n’est là que peu de choses par rapport à l’opportunité que représente le fait de pouvoir investir par ce biais dans un marché au potentiel énorme, les drones.

AeroVironment, qui publie ce mardi ses résultats annuels, conçoit et fabrique des drones à usage civil et militaire. L’entreprise a été fondée en 1971 par un ingénieur aéronautique, Paul MacCready, qui est incontestablement un génie innovateur dans son domaine. L’homme a réussi à faire voler un avion ultra-léger propulsé par l’énergie humaine, le fameux Gossamer Condor, un autre avion propulsé, lui, par l’énergie solaire et enfin un engin volant mû par l’énergie électrique.

Tout cela est fort spectaculaire, mais c’est de l’expérimental, pas du business. Ou alors pour plus tard. Ce qui fait la réussite d’AeroVironment, ce sont ses drones. Notamment ses drones miniatures, par exemple le Nano Hummingbird, un drone pas plus grand qu’un colibri dont on sait que c’est l’un des plus petits oiseaux au monde. Paul MacCready travaille avec le Pentagone et la Nasa, ses drones sont utilisés par l’armée américaine, mais, point positif pour la diversification qu’il apporte, les forces armées australiennes et européennes, notamment françaises, figurent aussi parmi ses clients.

AeroVironment est cotée sur le Nasdaq. En 5 ans, l’action a quadruplé de prix, mais son cours ne tient pas du long fleuve tranquille, ce qui est normal pour une valeur technologique. Acheter AeroVironment, c’est investir dans l’usage potentiellement croissant des drones.