Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Quid du potentiel boursier d'Agfa-Gevaert ?

Une fois n’est pas coutume, la société d’imagerie Agfa-Gevaert, cette ancienne icône de la pellicule photographique dont la reconversion est tout sauf un long fleuve tranquille, a délivré des résultats trimestriels meilleurs que prévu. 

Si les nostalgiques de l’argentique se souviennent des pellicules et du papier photo d’Agfa-Gevaert, la génération actuelle n’est que peu renseignée sur la mutation qu’a subie le groupe anversois.

Au rapport dernièrement, l'entreprise plus que centenaire s'est recyclée dans les technologies de l’image, avec des activités ventilées entre les plaques d'impression numérique, la radiographie industrielle, l’imagerie médicale et les scanners.

Une reconversion qui ne se fait pas sans peine, à l’image d’un cours de bourse instable. Ce dernier avait certes touché un pic sur cinq ans fin 2019 - début 2020, avant que la crise sanitaire ne passe par là. 

Entre-temps, la valeur s’est reprise, mais la publication des comptes trimestriels n’a pas été en mesure de donner un nouvel élan espéré. Pourtant, toutes les divisions d’Agfa-Gevaert ont enregistré des performances en hausse au second trimestre, tandis que certaines atteignent voire dépassent déjà les niveaux d'avant-crise, note le management.

Un rebond qui se traduit par un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 11,1% sur un an à 441 millions d’euros, soit en-dessous du niveau d’avant-crise (497 millions d’euros au trimestre correspondant de 2019). Le bénéfice net atteint lui 15 millions d’euros.

Répercussion de l’inflation sur les tarifs 

Mention spéciale au département Offset Solutions (un peu plus de 40% des revenus du groupe) et ses plaques d'impression utilisées dans les imprimeries pour la presse quotidienne et les imprimés commerciaux. 

Principale division d'Agfa Gevaert avec l'imagerie médicale, son bénéfice a progressé de quelque 60% sur fond d’une augmentation de ses prix pour répondre à la hausse des matières premières. Un pari indispensable mais qui n’était pas gagné d’avance, sachant que le secteur de l’impression souffre d’un déclin conjoncturel à cause de la transition numérique.

La direction précise avoir augmenté ses prix dans d'autres branches, ce qui lui a permis de compenser partiellement la pression inflationniste croissante. 

"Pour certaines activités toutefois, il y a un retard sur les actions tarifaires en raison de mécanismes contractuels", ajoute le groupe, qui s’attend dans les mois à venir à ce que la hausse des coûts des matières premières ait un impact plus important.

Qu’attendre de l’action ?

Malgré un bulletin plus qu’honorable, le contexte incertain dû à la hausse des matières premières et le déclin structurel de la division offset ont visiblement laissé les investisseurs sur leur faim.

Répertoriée hors Bel 20, l’action n’a en effet que peu varié depuis la sortie de ses états financiers.

Les objectifs de cours des analystes sont à l’avenant, compris entre 3,95 et 4,75 euros. Ce dernier laisse toutefois entrevoir un potentiel de hausse de 10% sur base d'un dernier cours de clôture de 4,35 euros.

À chacun bien sûr de faire son opinion sur ce dossier spéculatif...

Si l'action Agfa-Gevaert vous intéresse, n'hésitez pas à nous communiquer vos ordres d'achat au +32 (0) 2 533 22 40 ou via info@goldwasserexchange.be