Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Covid, Bélarus, Ukraine, énergie: le résumé de la semaine

Goldwasser Exchange fait le point sur ce qu’il faut savoir pour commencer la semaine.

Europe: la tension remonte d’un cran.

Une fois de plus, l’UE est dans de beaux draps ! En laissant des milliers de migrants s’entasser à la frontière polonaise, la Biélorussie, soutenue par Moscou, cherche à faire plier l’Europe. En cas de nouvelles sanctions de Bruxelles, elle menace même de couper le gaz russe qui transite par le pays. Autre danger qui se profile: la Russie concentre des troupes près de la frontière ukrainienne. Capable de peser sur l’approvisionnement énergétique de l‘Europe, Poutine va-t-il tenter une aventure militaire? L’hiver risque d’être très long.

Covid: la nouvelle vague s’installe.

L’Europe est de nouveau “à l’épicentre de l’épidémie” (OMS) avec un cas sur trois. La gravité de la situation varie selon les pays. L’Allemagne, l’Autriche, la Grèce, les Pays-Bas et la Belgique sont plus touchés que la France et l’Espagne. Certains pays de l’Est, dont la Roumanie, sont encore plus mal en point. Les mesures varient aussi: confinement des non-vaccinés en Autriche et peut-être en Allemagne, confinement partiel et couvre-feu aux Pays-Bas, pass sanitaire généralisé en France et au Danemark. Un point positif: grâce à la vaccination, la mortalité est inférieure à celle des vagues précédentes et en règle générale, les hôpitaux ne sont pas saturés. Dans de nombreux pays, la troisième dose est accessible à tous.

Inflation US: toujours plus haut !

Aux Etats-Unis, la hausse des prix a atteint 6,2% en octobre sur base annuelle (4,6% sans l’énergie et l’alimentaire). Du jamais vu depuis 30 ans ! Une certaine nervosité commence à se faire sentir. De plus en plus de voix s’élèvent pour dire que l’inflation actuelle n’est pas un phénomène transitoire comme le prétendent Janet Yellen et la FED. L’équipe Biden tente de renverser la vapeur en cherchant à débloquer les nombreux goulets sur les approvisionnements mais en pure perte jusqu’ici. Les démocrates doivent se faire du souci car le pouvoir d’achat sera le principal thème de campagne des élections mid-term de 2022.

Elon Musk en mode liquidation.

Pas une semaine ne s’écoule sans que le patron de Tesla ne fasse parler de lui. Le 6 novembre, il demandait à ses millions de fans sur Twitter s’il devait vendre 10% de ses parts dans Tesla, soit l’équivalent de 20 milliards de dollars. 59% ont répondu par l’affirmative. Musk a donc tenu parole. Sur la semaine, il a vendu 5,1 millions de titres, ce qui représente 5,7 milliards de dollars. L’effet a été immédiat: lundi et mardi, l’action dévissait de 12% en bourse. On doit s’attendre à d’autres ventes à l’avenir, ce qui risque de peser sur le cours de Tesla. De fait, Musk était obligé de vendre. Ayant reçu en 2018 des options sur 22,8 millions d’actions dans le cadre d’un plan de compensation, il doit impérativement exercer ces options avant août 2022. Comme il lui faudra payer 15 milliards de dollars au titre de l’impôt sur les plus-values, il a besoin de cash. On ne s’en fera pas trop pour lui car après la vente, il lui restera encore 150 millions d’actions Tesla.

Un nouveau venu parmi les véhicules électriques.

Il s’agit du constructeur de camions Rivian, dont l’IPO a eu lieu mercredi sur le Nasdaq. Introduit à 78 dollars, il clôturait vendredi à près de 130 dollars. Sur base de ce cours, sa capitalisation s’élève déjà à 106 milliards. Soit plus que Ford, l’un de ses actionnaires avec Amazon, qui détient, lui, 22% des parts. Pourtant, Rivian n’a livré qu’une centaine de camions jusqu’ici sur les 50.000 précommandes, ce qui fait dire à Elon Musk, patron de Tesla (qui produit aussi un truck) que le concurrent Rivian a encore beaucoup de chemin à faire.

Le chiffre de la semaine.

A l’occasion du “Single’s Day”, la plateforme chinoise Taobao (Alibaba) a vendu pour 84,5 milliards de marchandises et JD.com, 54,6 milliards. A titre de comparaison, le “Black Friday” d’Amazon n’a rapporté que 10,4 milliards en 2020.

L’action de la semaine.

On attend notamment les résultats de Nvidia, Cisco Systems, Baidu et Alibaba. Le fabricant de puces Nvidia est le leader incontesté des cartes graphiques destinées aux jeux vidéo. Il sera un jour une pièce maîtresse du métavers, ce monde virtuel imaginé par Facebook mais que cherchent également à occuper Microsoft dans le créneau professionnel ou encore Epic Games, la société qui édite le blockbuster Fortnite. Le problème de Nvidia est qu’il est déjà très cher. Le titre est en hausse de 133% depuis le 1er janvier et son cours/bénéfice est de 108.Des deux géants chinois, le moteur de recherche Baidu est sans doute le mieux placé.  Sans concurrent dans son secteur, il reste la destination préférée des publicitaires.  Ayant reculé de 21% cette année, le titre est bon marché. Contrairement à Alibaba ou Tencent, Baidu n’a pas eu maille à partir avec le pouvoir chinois mais le fait qu’il détienne un monopole ne le met nullement à l’abri d’une intervention du régime.

Toute l'équipe de Goldwasser Exchange vous souhaite une bonne semaine.