Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Aperam, Telenet et Solvay, le trio gagnant du Bel20 l'année prochaine ?

Parmi les pensionnaires du Bel20, Aperam, Telenet et Solvay affichent les plus beaux potentiels pour les 12 mois à venir, selon les prévisions compilées par l’agence Bloomberg. Des indicateurs toujours intéressants pour qui souhaite apporter quelques retouches à son portefeuille à l’approche de l’année nouvelle.

Un potentiel de 20% pour Solvay

2022 va-t-elle coïncider avec le retour aux avant-plans de Solvay, cette action qui peine à enclencher la seconde depuis plusieurs années ? Possible, à en croire les analystes qui visent dans la grande majorité beaucoup plus haut pour la valeur.

L’objectif de cours médian dépasse en effet les 123 euros, soit un potentiel de 20% sur base d’un dernier cours de clôture de 102 euros.

Dans l’ensemble, les suiveurs s’accordent à dire que le fleuron de l’économie belge souffre toujours d’une décote en regard des ses pairs du secteur européen. 

Né il y a plus de 150 ans, Solvay est spécialisé dans les matériaux avancés et les produits chimiques de spécialité, offrant un portefeuille de plus de 2.000 produits sur divers marchés clés dans le monde. 

Ses produits sont utilisés dans les avions, les voitures, les batteries, l’intelligence artificielle et les appareillages médicaux, ainsi que dans l'extraction de minéraux, de pétrole et de gaz. 

Un potentiel de 25% pour Aperam

Aperam, cette action à la santé de fer… le jeu de mot était tout trouvé pour le pur player de l’acier inoxydable, qui devrait encore se distinguer en 2022. Le consensus moyen établi sur base des prévisions de 16 analystes envoie en effet le sidérurgiste au-dessus des 60 euros.

Surfant sur le rebond de l’économie mondiale, le membre du Bel20 a vu son cours bondir de 37% cette année à 48 euros par titre. En toile de fond, des prix record de l’aluminium, conjugués à une hausse des volumes d'acier et l’annonce d’un rachat d’actions.

Aperam est un acteur mondial de l’inox, cet acier recyclable devenu indispensable et utilisé dans de nombreux domaines comme l’aérospatial, l’automobile, la restauration, la construction ou l’électroménager.

Se disant leader dans des créneaux à forte valeur ajoutée comme les alliages, on rappellera qu’Aperam affiche depuis de nombreuses années déjà, l'une des meilleures rentabilités du secteur à l'échelle mondiale, tirant profit d'une restructuration rondement menée.

Pouvant compter sur une demande élevée d'aluminium, comme celle des autres métaux industriels et matières premières, l’aciériste a relevé ses prévisions bénéficiaires de 300 millions d’euros d’ici à 2025.

Telenet, un potentiel de 34%

A en croire les estimations consensuelles, Telenet devrait rebondir et pas qu’un peu en 2022, les estimations consensuelles laissant entrevoir une hausse de 34%.

L’action, qui fait partie des 20 valeurs favorites de KBC Securities pour l’année prochaine, a perdu 10% cette année, une contre-performance portée à 40% sur cinq ans.

En cause, un secteur des télécoms belge confronté à diverses sources d’incertitudes, comme l’arrivée potentielle d’un quatrième opérateur sur le marché, une croissance atone et les investissements massifs à consentir dans le développement de la fibre optique et de la 5G.

Si l’opérateur a été en mesure d’enregistrer de bonnes performances durant les neuf premiers mois de l’année, avec à la clé un retour de la croissance, Telenet doit être perçue comme une valeur de rendement. L’action affiche d’ailleurs l’un des plus beaux rendements sur dividende (près de 9% brut) de toute la bourse de Bruxelles. 

Une politique qui devrait être confortée en marge du rachat loupé de VOO, tombé cet automne dans le giron d’Orange Belgium, de quoi libérer des liquidités à faire remonter aux actionnaires.

Des observateurs estiment par ailleurs que la pérennité du dividende pourrait se voir confortée par la vente potentielle par Telenet de ses tours cellulaires.