Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

L’action Netflix à un plus bas de cinq mois, une opportunité d’achat ?

Le leader mondial de la video à la demande affiche un repli de 20% depuis ses plus hauts de novembre dernier. Futures hausses des taux en dollar, dégagement sur les technologiques et une moins grande appétence pour les valeurs « stay at home » expliquent le coup de mou (passager ?) de l'action.

Grand gagnant de la pandémie depuis deux ans, avec un cours de bourse presque doublé et une valorisation boursière qui flirte avec les 250 milliards de dollars, Netflix se cherche un nouveau souffle à la bourse de New York.

Pour cause, le géant de la VOD n’a pas été épargné ces dernières semaines par un cocktail d’éléments qui lui sont défavorables. En tant que valeur technologique par excellence, Netflix a subi la vague de dégagement observé sur le secteur ces derniers jours, et ce après que les « minutes » de la Réserve fédérale américaine aient laissé entrevoir la possibilité d’une hausse plus rapide que prévu des taux d’intérêt, potentiellement néfastes aux valeurs de croissance que sont les technos.

Netflix, c’est aussi une valeur « stay at home » par excellence, qui a permis au géant de la VOD de séduire des dizaines de millions de personnes contraintes de rester à la maison. Mais à l’heure d’un retour progressif à la normale, conjugué à l’arrivée de nouveaux concurrents comme Disney+, la voie semble moins royale pour le pionnier du secteur.

JP Morgan (légèrement) moins optimiste

En raison d’indicateurs d’augmentation du nombre d’utilisateurs plus faibles que prévu au dernier trimestre 2021, JP Morgan a annoncé jeudi avoir abaissé son objectif de cours sur l’action, renforçant la tendance baissière des dernières semaines.

Dans une note de recherche, l’analyste Doug Anmuth, en charge du dossier pour la banque d’affaires, a fait part d’une baisse du nombre de téléchargements de l’application Netflix au quatrième trimestre de l’année écoulée. Partant, il anticipe désormais un gain net de 6,25 millions d'abonnés, contre 8,8 millions précédemment, là où le service de streaming table lui sur 8,5 millions. 

Comme facteur d’explication, Netflix ne bénéficierait plus de l’effet de la série sud-coréenne à succès Squid Game.

'Netflix a commencé le dernier trimestre en trombe grâce au buzz de Squid Game, sorti fin septembre. La croissance des téléchargements a ensuite ralenti et a finalement diminué jusqu'à début décembre avant de reprendre', note JP Morgan.

Notons que Doug Anmuth a également revu ses attentes pour le premier trimestre 2022, disant anticiper désormais 5,5 millions de nouveaux abonnés, contre 6,5 millions auparavant. 

Buy the dip ?

Pour autant, la baisse de régime de l’action est présentée par de nombreux analystes financiers comme une opportunité d’achat, avec des objectifs de cours qui sont à l’avenant. 

Car s’il a ramené de 750 à 725 dollars son target price sur l’action, soit encore un fameux potentiel en regard du dernier cours de clôture de 550 dollars, JP Morgan a confirmé ses vues optimistes sur la succès story qu’est Netflix. En outre, un peu comme Tesla, Netflix a bien souvent été attaqué sur sa capacité à maintenir sa croissance, et a toujours su faire taire les sceptiques.

Du côté des facteurs de soutien justement, les prochains mois s’annonceraient plus fournis en terme d’arrivées de nouveaux contenus, après que la pandémie ait freiné les nouvelles productions, tandis que des hausses tarifaires par Netflix, qui devrait avoir bouclé l’année avec 222 millions d’abonnés, sont toujours à surveiller d'un bon oeil.