Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Se positionner sur le dollar australien en marge de la hausse des taux ?

Le dollar australien progresse de 5% face à l’euro depuis le 1er janvier sur le marché des changes. En arrière-plan, la politique de resserrement monétaire opérée par la banque centrale, qui rend au passage les obligations en devises locales plus rémunératrices.

En début de semaine, la Reserve Bank of Australia a ainsi relevé pour la deuxième fois consécutive son principal taux directeur pour le porter à 0,85%. Ce n’est pas tant cette nouvelle hausse qui a surpris les observateurs, laquelle était attendue en vue de contenir l’inflation, mais davantage son ampleur.

L’institution monétaire a en effet relevé de 50 points de base le taux, soit deux fois plus qu’attendu par les cambistes.

Ce resserrement monétaire profite assurément à la devise kangourou, qui bénéfice du différentiel de taux d’intérêt, singulièrement en  regard de l’euro où les taux directeurs sont toujours négatifs, pour capter les capitaux étrangers.

De l’avis des spécialistes, en marge d’une inflation au plus haut depuis 20 ans en Australie, la Banque centrale devrait confirmer son resserrement monétaire dans les mois à venir, en vue d’atteindre un taux neutre annoncé entre 2 - 2,50% par les spécialistes.

Au-delà de ces perspectives monétaires susceptibles de soutenir le dollar AUD, on notera que l'économie australienne a mieux résisté que prévu au premier trimestre, grâce notamment à la forte demande intérieure pour les biens et services.

La croissance a atteint 0,8%, contre 0,5% attendu. Elle devrait, selon les prévisions, atteindre 3% sur l’ensemble de l’année, soit davantage que la moyenne mondiale. Des chiffres de nature à penser que l'économie devrait résister à la hausse des taux d’intérêt.

230 milliards de dollars d'échanges avec la Chine

On rappellera au passage que l'économie australienne repose sur quelques secteurs-clés dont celui des matières premières, singulièrement le gaz naturel, les minerais et le charbon, qui sont massivement exportées en Chine, faisant de l'Empire du Milieu le principal partenaire commercial de l’Australie.

Selon Gao Feng, porte-parole du ministère du commerce chinois, les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint 231,2 milliards de dollars l'année passée, soit une hausse de 35,1%, avec 164,8 milliards d’importations du géant asiatique.

Sensible à l’évolution du prix des matières premières, l’Australie est donc tout autant tributaire de la bonne tenue de l’économie chinoise. Il n’est dès lors pas étonnant que l’AUD a souffert lorsque Pékin a mis à l'arrêt son économie en marge de la pandémie de COVID-19.

Les liens économiques forts et historiques entre les deux pays permettent en tous les cas à l’Australie d’afficher des statistiques à faire envier.

Parmi d’autres : un cycle de croissance ininterrompu depuis 1991 (croissance annuelle moyenne de 3%). Grâce à la demande soutenue de matières premières de la part de la Chine, l’Australie était en effet passé entre les mailles de la crise de 2008. La croissance a également été tirée par une forte hausse de l’immobilier, stimulée par une progression rapide de l’endettement des ménages.

Citons également, un taux de chômage de la population active tournant autour des 5% ou encore, un niveau de dette publique de 65% du PIB.

Investir dans la devise?

Pour l’investisseur qui verrait dans le dollar kangourou une source de diversification, une des possibilités consiste à se positionner sur des obligations libellées en devise locale.

Vous trouverez notamment dans la sélection d’Oblis l’emprunt remboursable dans deux ans par Ford Motor Credit. Accessible par coupures de 2.000 dollars australiens, il permet de tabler sur un rendement annuel de 5,94%, sur base d’un cours de 91,20% (rating spéculatif BB+).

L’obligation à maturité 2029 émise par Quantas Airways affiche pour sa part un rendement annuel de 6,60% par coupures de 10.000 dollars australiens. La valeur n’est pas notée par les agences de notation, tandis que le cours est inférieur à 80% du nominal.

Autre possibilité, l’obligation Volkswagen Financial Services Australia à maturité 2024 qui affiche un rendement annuel de 2,35% sur base d'un cours légèrement supérieur au pair (rating BBB+).