Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Jefferies vise deux fois plus haut pour Renault, l’action bondit, quid des obligations?

L’action Renault a bondi de 9,74% lundi à la bourse de Paris, bien aidée par une recommandation du courtier new-yorkais Jefferies, qui vise nettement plus haut pour la marque au losange.

Disant apercevoir pour la première fois depuis des années, "une impulsion stratégique" dans les nouvelles politiques menées par le constructeur et dans ses relations avec son allié japonais Nissan, Jefferies est passé à l’action.

Le bureau d’étude new-yorkais a ainsi relevé de 22 à 40 euros son objectif de cours sur l’action qui se tratait à 25,60 euros ce mercredi matin à l’ouverture. Dans le même temps, il a relevé de "conserver" à "acheter" sa recommandation sur la valeur.

Dans sa note de recherche, Jefferies estime que le plan de redressement entamé par le constructeur de Boulogne-Billancourt marque la première fois depuis de longues années que Renault bénéficie d'une véritable dynamique.

"Au sein d'un secteur n'affichant aucun attribut cyclique, nous pensons que Renault se distingue grâce à une théorie d'investissement à plusieurs facettes qui pourrait le voir mieux déployer son capital", explique le broker.

Un secteur en souffrance

On notera que l’annonce a soutenu l’ensemble du secteur automobile européen qui souffre ces derniers mois. En mai, les ventes de voitures neuves ont encore reculé de 10% en France, et ce pour la douzième fois consécutivement dans un marché paralysé par la pénurie de composants électroniques.

Du côté opérationnel, Renault, qui a cédé le mois dernier sa participation de 68% dans sa filiale russe AvtoVAZ (marque Lada notamment) à Moscou, a bouclé le premier trimestre de l’année sur un chiffre d’affaires de 9,5 milliards d’euros, en repli de 2,7%, sur fond de pénurie de semi-conducteurs et la chute de son activité en Russie.

En marge de ses trimestriels, Renault a confirmé ses prévisions annuelles qui avaient été abaissées fin mars, à savoir, dégager une marge opérationnelle d'environ 3% et un flux de trésorerie libre positif.

La maque au losange a par ailleurs fait état d'un carnet de commandes en Europe à un niveau record depuis 15 ans, représentant 3,9 mois de ventes.

4,70% de rendement annuel par 1.000 euros

Parmi les différentes obligations émises par le quatrième constructeur automobile mondial, nous avons épinglé celle remboursable en novembre 2025 et libellée par coupures de 1.000 euros. 

Disponible à l’achat autour des 88% du nominal, son rendement annuel atteint 4,70%, en ligne avec le rating spéculatif "BB+" accordé par Standard & Poor’s à l’émission.

A noter que le cours sensiblement inférieur au pair, de même que son petit coupon de 1%, rendent la valeur fiscalement attractive pour l’investisseur résident belge.