Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Accès client

Profiter du mauvais premier semestre de la livre sterling pour investir la devise?

La livre lache plus de 2% depuis le 1er janvier face à l’euro. Au premier semestre, la devise semble avoir été pénalisée par son caractère très cyclique et la faiblesse des données économiques britanniques.

Malgré un différentiel de taux qui lui est favorable, sachant que la Banque d’Angleterre (BoE) a pris franchement de l’avance dans son processus de resserrement monétaire, la GBP est à la peine sur le marché des changes.

Face au dollar, le sterling vient même de signer son plus net repli semestriel depuis 2016, lesté de 10%.

En arrière-plan, l’économie britannique fait face à une inflation particulièrement élevée qui pourrait atteindre 11% à la rentrée selon la Banque d’Angleterre, qui a déjà relevé à cinq reprises depuis décembre ses taux pour juguler la hausse des prix.

Au même titre que pour les autres économies, le marché s’inquiète de voir les resserrements monétaires décidés par la Banque centrale nuire à l’économie, ce qui plombe la devise.

La Banque d’Angleterre prévoit d’ailleurs une récession en 2023, alors qu’elle devrait relever son taux directeur de 25 ou de 50 points de base selon les prévisionnistes en août. Un taux qui est actuellement fixé à 1,25%, au plus haut depuis 2009.

Selon Matthew Ryan, responsable de la stratégie de marché chez Ebury, "toute indication que les décideurs politiques opteraient pour un relèvement de 50 points de base des taux lors de la prochaine réunion de la BoE serait toutefois positive pour la livre, et pourrait déclencher un rebond à partir des niveaux actuels".

A noter qu’au-delà des risques de récession qui pèsent sur l’économie, les cambistes semblent également prendre en compte les risques liés au Brexit, en relation avec une éventuelle suspension partielle du protocole d'Irlande du Nord.

Investir dans la livre?

Pour l’investisseur souhaitant investir la devise aux niveaux actuels, nous avons épinglé quelques obligations que vous pouvez retrouver dans notre sélection.

Parmi d'autres, l’obligation que s’engage à rembourser Apple dans sept ans. L’obligation en question permet de tabler sur un rendement annuel de 2,90% sur base d’un cours de 101% du nominal. Nécessitant une mise de fonds de 100.000 livres, la valeur est assortie d’un très solide rating AA+ chez Standard & Poor’s.

Le fabricant de l’iPhone a également émise une obligation remboursable dans vingt ans en GBP, dont le rendement annuel atteint 3,70%.

Autre émetteur, le géant des hydrocarbures mexicain PEMEX dont l’obligation à maturité 2025 affiche un rendement annuel de 8% en regard d’un cours de 88% du nominal. La coupure est également fixée à 100.000 livres en nominal, avec un rating BBB chez Standard & Poor’s.

A maturité 2045, l’obligation Mondelez International, du nom de cette multinationale qui détient un portefeuille de marque impressionnant (Milka, Oreo, Côte d’Or…) propose elle un rendement annuel de 4,44% avec un cours indicatif de 92% du nominal (rating BBB chez Standard & Poor’s).