Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Comprendre les obligations perpétuelles subordonnées

Comme leur nom l'indique, les obligations perpétuelles n'ont pas de date de maturité. En théorie, cela implique que le remboursement pourrait n'avoir lieu qu'au moment de la liquidation de la société émettrice, de sorte que l'investisseur n'a pas la certitude d'être remboursé par l'émetteur de son vivant.

En théorie seulement car certaines émissions prévoient la possibilité pour l’émetteur de racheter les titres émis à des dates déterminées. On dit alors de l'obligation qu’elle est "callable".

 Il est donc primordial de se référer au prospectus de l'opération qui précise dans le détail toutes les caractéristiques de ces titres.

  • En quoi réside l’intérêt de ces titres?

Si elles peuvent sembler à priori quelque peu étranges, les obligations perpétuelles constituent en réalité des titres financiers qui peuvent répondre à certains profils d’investisseurs, mais également être utilisés dans le cadre de diversifications d’actifs.

En effet, pour compenser la dimension perpétuelle (ou du moins inconnue dans le temps) de l’obligation ainsi que le caractère subordonné du titre (en cas de faillite de l'émetteur, le remboursement de ces titres ne sera possible que lorsque les autres créanciers [personnel, fournisseurs, détenteurs d'obligations classiques,...] auront été préalablement remboursés], les obligations perpétuelles distribuent des coupons qui offrent des rendements généralement largement supérieurs (parfois plus de 10%) aux taux offerts par les obligations classiques. Les investisseurs en recherche d’un cash-flow rapide et important peuvent donc leur porter une attention particulière.

  • Avant de miser sur ce type de produit, l’investisseur doit être conscient des risques inhérents aux obligations perpétuelles.

D’abord, le coupon peut être fixe ou variable. Il peut également évoluer dans le temps. Fixe dans un premier temps, il pourra devenir variable après une certaine période ou inversement. A chaque émission ses caractéristiques propres!

Pour autant, même s’ils portent le nom d’obligation, ces titres ne présentent pas le même profil de risque que les obligations classiques. Il s’agit en effet là d’un produit beaucoup plus spéculatif, étant donné que que le titulaire ne peut  pas compter sur l’émetteur pour récupérer son investissement à une date déterminée. Un passage par le marché secondaire sera le plus souvent obligatoire en vue de se désinvestir.  Les obligations perpétuelles sont donc particulièrement exposées au risque de liquidité.   

De plus, le cours d’une obligation perpétuelle est donc particulièrement sensible aux différents risques obligataires, et ceci de manière beaucoup plus exacerbée qu’une obligation classique. En effet, le rendement étant le principal attrait de ce produit, il est logique que tous les paramètres qui puissent venir confirmer ou compromettre ce rendement aient des conséquences notoires sur la valeur du produit.

Alimentée soit par des paramètres intéressants directement l’émetteur (note de crédit, solidité financière) ou par des paramètres d’ordre macro-économique (taux d’intérêt), la volatilité sur ce type de produit obligataire est ainsi plus importante. De plus, l’inflation joue ici un rôle déterminant, en rognant plus ou moins rapidement la valeur réelle du coupon au fil du temps.

Mais sur ces titres particuliers, un autre facteur vient également accroître sensiblement le niveau de risque. En cas de difficultés financières de l’émetteur, une réduction du coupon distribué, voire même sa supression, peut être décidée. De plus, en cas de faillite, les détenteurs d’obligations perpétuelles sont le plus souvent remboursés après tous les autres créanciers, c’est-à-dire jamais dans certains cas.

Ainsi, en terme de profil de risque, certains comparent les obligations perpétuelles aux actions: valeur future non garantie et rendement incertain en cas de difficultés financières.