Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Feu vert des créanciers d’OI à la restructuration obligataire

Après plusieurs mois d’âpres négociations, les créanciers du brésilien OI Brazil sont tombés d’accord sur les modalités d’un plan de restructuration d’une dette de 20 milliards de dollars.

Celui-ci permet à l’opérateur de télécoms de sortir de la loi de protection sur les faillites, sous laquelle il était placé depuis juin 2016. Il éloigne aussi le spectre d’une liquidation pure et simple d’un groupe employant 100.000 personnes, servant 40 millions de clients en téléphonie mobile et détenteur d’un réseau de fibres optiques de 330.000 kilomètres, le premier du pays.

Conversion des créances

Concrètement, les principaux créanciers comme les fonds Aurelius Capital Management, Goldentree Asset Management et York Capital Management ont accepté de convertir leurs titres en parts de l’entreprise, ce qui leur donnera le contrôle d’OI Brazil à hauteur de 75% du capital, signale l’Agefi.

Le gouvernement brésilien, détenteur de titres de créances via les organismes bancaires et d'amendes impayées, a aussi donné son accord.

Injection de capitaux

Le plan, qui reste soumis à l’approbation du Tribunal des faillites, prévoit en outre l’injection de 4 milliards de réals brésiliens (+/- 1 milliard d’euros) d’argent frais. Le cash servira à financer les investissements en infrastructures, nécessaires pour garantir la survie à long terme d’OI Brazil.

Les actionnaires existants qui verront leurs participations fortement diluées ont très peu apprécié. En Bourse, l’action OI SA a chuté de 27% entre le 12 et le 14 décembre, une fois les modalités du plan publiées.

Léger rebond des emprunts

Sur le marché obligataire, les emprunts du groupe ont repris un peu de hauteur même s’ils continuent d’afficher une très forte décote.

=> L’obligation OI Brazil (5,75% - 2022) évolue désormais à un prix indicatif acheteur de 45% du nominal contre 36% début décembre.

=> L’obligation Portugal Telecom Finance BV (4,50% - 2025) se traite elle aussi aux alentours des 45% contre 37% au début du mois passé. Cet émetteur est une filiale à 100% du groupe brésilien. Le paiement des coupons et le remboursement de cette souche obligataire dépendent dès lors de OI.

Sources

Le brésilien OI arrache l’accord de ses créanciers pour restructurer sa dette (L’Agefi.fr)

Les communiqués d’OI Brazil