Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Un coupon de 5,625% pendant 12 ans pour la première obligation de l’Egypte en euro

En vue de combler son déficit budgétaire et augmenter ses réserves de change, l’Egypte est venue solliciter, pour la première fois de son histoire, le marché européen de la dette ce lundi.

L’opération était attendue et avait été annoncée le 12 mars dernier par le ministère des Finances du pays, Amr al-Garhy.

Dans le détail, le trésor égyptien a levé deux milliards d’euros répartis équitablement sur les échéances 2026 et 2030, avec à chaque fois, une mise de fonds fixée à 100.000 euros.

Les coupons offerts, payables sur une base annuelle par le pays des Pharaons, se montent respectivement à 4,75 et 5,625%.

S’il s’agissait d’une première pour la République arabe dans la devise européenne, celle-ci pourrait émettre jusqu'à six milliards d’euros sur la période 2018-2019.

Opération séduction

Dans le cadre de cet emprunt, une délégation du ministère des Finances égyptien avait organisé une tournée promotionnelle de trois jours au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en France.

But de cette opération « séduction » : exposer aux grands investisseurs européens les aspects les plus importants des récentes réformes économiques et structurelles de l'Égypte, ainsi que l'amélioration de ses performances économiques.

La démarche semble avoir réussi. Selon un communiqué du ministère des Finances, les deux emprunts ont été sursouscrits par un panel de plus de 350 investisseurs, issus de 35 pays différents, à hauteur de 7,5 milliards d’euros.

« La demande pour les obligations égyptiennes reflète la confiance croissante des institutions financières internationales à l’égard de l'économie, en particulier depuis le vaste ensemble de réformes structurelles », se sont félicités les autorité égyptiennes.

Rating spéculatif

Ce plan de réforme a également été salué par Moody’s, qui accorde un rating spéculatif « B3 » à la dette extérieure émise par l'Etat.

Dans un rapport rendu public en début d’année, l’agence estime que l’Egypte devrait confirmer sa reprise économique et table sur une croissance de 5% en 2019, après plus de 4% l’an passé, soit la plus forte performance au sein de la région Moyen-Orient/Afrique du nord.

Selon Moody’s,cette reprise s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs, dont les effets positifs des réformes structurelles. A savoir notamment la restauration de la compétitivité économique du pays, grâce à l’adoption du flottement de la livre égyptienne en novembre 2016.

Cette réforme a boosté les exportations qui ont progressé de 16%, contribuant à la croissance du PIB. Toutefois, cette évolution a été freinée par une inflation élevée qui a porté un coup au pouvoir d’achat de la population et donc à la consommation, précise l’agence d’évaluation financière.

Sources

Financial Afrik, Égypte: quatre banques pour mener l’émission d’un Eurobond de 1,5 milliard d’euros