Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

ABN Amro envoie Nyrstar à son plus bas historique, tension sur l'obligataire

Les rendements des obligations émises par Nyrstar, groupe belgo-australien leader mondial dans le raffinage du zinc, restent sous pression tandis que l'action cotée à Bruxelles à touché un plus bas historique hier.

Orientée à la baisse depuis plusieurs semaines, l’obligation remboursable en 2024 du groupe a signé ce lundi l’une des plus mauvaises performances au sein du compartiment de la dette corporate spéculative, alors que ce segment de marché rebondissait pourtant après plusieurs séances de baisse, soulagé par des nouvelles positives sur l’euro en provenance d’Italie.

L’emprunt en question, assorti d’un coupon fixe de 6,875%, a perdu plus d’un point tombant à 96% du nominal, avec un rendement annuel qui se rapproche des 8%. Le titre avait déjà connu un accès de faiblesse vendredi, après qu’ABN Amro ait annoncé avoir abaissé de 5,50 à 4 euros son objectif de cours sur l’action du spécialiste du zinc, conseillant au passage de vendre l’action.

Selon les analystes de la banque néerlandaise, le marché sous-estime le niveau réel d'endettement du groupe (plus d’un milliard d’euros au 31 mars dernier), un niveau de dette nette d’environ sept fois le résultat opérationnel de Nyrstar, contre environ une fois pour les entreprises minières de l’indice européen Stoxx 600, qui ne serait pas suffisament reflété dans le cours de l’action.

En analysant des prospectus rendu public par le groupe en septembre, les analystes de la banque ont par ailleurs remarqué que Nyrstar avait utilisé une facilité d'affacturage de 70 millions d'euros, représentant 13% de la valeur boursière actuelle. Selon ABN Amro, le marché n’aurait pas connaissance de cet impact car il n'était pas mentionné dans les rapports trimestriels ou annuels de la société.

Cette facilité de crédit aurait un impact négatif sur les fondamentaux de l'action, selon les analystes, qui conseillent par ailleurs de vendre l’action. ABN Amro ajoute que la dette de Nyrstar le rendrait extrêmement vulnérable en cas de vents contraires, et s’interroge sur les revenus censés provenir du redéploiement de la mine australienne de Port Pirie et de la hausse attendue des commissions que le groupe belge tire de son activité dans le zinc.

On notera que d’autres analystes suivent bien sûr la valeur. KBC figure ainsi avec Goldman Sachs parmi les plus optimistes, avec un conseil d’« accumuler » l'action pour un objectif de cours de 7,50 euros. ING conseille également d'« acheter » la valeur visant les six euros, tandis que Degroof-Petercam vise les 6 euros avec une mention « conserver ».

Ce lundi à la bourse de Bruxelles, l’action évoluait autour des 4,63 euros, son plus bas historique, en repli de 32% depuis janvier et de 17% sur un an.

Note

(*) L'affacturage est une technique de financement et de recouvrement de créances mise en œuvre par les entreprises et consistant à obtenir un financement anticipé et à sous-traiter cette gestion à un établissement de crédit spécialisé.