Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Quand tombera la prochaine crise ?

Chaque année, les médias, les économistes et les « stratèges de marché » de grandes banques prédisent en janvier la performance de l’Eurostoxx 50 ou du S&P 500 d’ici fin décembre. Et très souvent… ils sont à côté de la plaque. 

Toutes ces personnes nous font croire qu’il est possible de prédire l’avenir de la bourse…

 Voyons plutôt :

- « Ce krash obligataire que Hollande ne verra pas venir » ; Contrepoints 13/11/2012 

- « Récession, krach boursier… l’impact d’un séisme économique sur les géants de wall street » ; Capital 08/03/2013 

- « Un membre de la Fed réveille le fantôme du krach de 1929 » ; La Tribune 04/04/2014

- « Les Etats-Unis sont à l’aube d’un véritable marché baissier » ; Financial Times 26/08/2015

- « La crise financière qui vient sera plus violente que celle des subprimes » ; Le Figaro le 12/01/2016 

- « La prochaine crise financière se prépare » ; Forbes le 19/10/2017 

- « Ces bulles spéculatives qui nous menacent » ; L’Echo 17/07/2018 

Depuis 2012, chaque année, nous voyons défiler des dizaines et des dizaines d’articles, annonçant un CRASH boursier.  

Pourtant est-il arrivé ? NON

Comment s’est comportée la bourse mondiale depuis les années 70 ?

Le graphique ci-dessous affiche l'évolution du MSCI World Index, un indice, coté en dollar, mesurant la performance des marchés boursiers de pays économiquement développés.

 

En regard de ce graphique, on constate que les marchés d’actions mondiaux sont haussiers sur le long terme.

Quel est l’impact de ces articles ?

Prenons l’exemple de Monsieur Jacques qui a 100.000€ à investir. 

Monsieur Jacques lit tous les jours les journaux financiers et écoute les interviews des experts financiers sur Internet. Tous les mois, Monsieur Jacques lit ou entend que le crash va arriver. « Et cette fois, la crise sera encore pire que la précédente» lit-il. 

Du coup, Monsieur Jacques garde ses 100.000€ sur un compte épargne en attendant LE meilleur moment pour investir

Nous sommes en 2018, voyons quelles sont les conséquences de la peur d’investir de Monsieur Jacques.

Pour le tableau ci-dessous, nous supposons que :

- Monsieur Jacques aurait investi de manière diversifiée sur la bourse mondiale, à savoir le « MSCI World Index »

- Le compte épargne de Monsieur Jacques, rapporte du 1% par an en moyenne

Si Monsieur Jacques avait investi ses 100.000 € au 1er janvier

Il aurait obtenu en Bourse au 1er janvier 2018

Il aurait obtenu sur son compte épargne au 1er janvier 2018

2010 180.017 € 108.286 €
2011 164.323 € 107.214 €
2012 177.868 € 106.152 €
2013 157.148 € 105.101 €
2014 126.632 € 104.060 €
2015 123.032 € 103.030 €
2016 126.501 € 102.010 €
2017 120.113 € 101.000 €

Nous vous laissons choisir votre colonne...

 

Notre peur, activée en partie par les médias, est bel et bien notre pire ennemi lorsque l’on parle d’investissements en bourse.  Elle nous influence et nous empêche d’analyser les événements de manière rationnelle. 

Ainsi, nous oublions que :

  1. Les crises font partie de la bourse (il y en a toujours eu et il y en aura toujours)
  2. Personne ne peut prédire une crise

Autre exemple. En Belgique, 265 milliards € dorment sur les comptes d’épargne. 

Ainsi, notre peur nous fait perdre chaque année, à cause de l’inflation, plus de 4,3 milliards d'euros !

Pendant que mon argent dort sur mon compte épargne, le prix de mon pain continue de monter chaque année.  

Mais au fait, pourquoi essayons-nous de prédire les marchés financiers ?

Pour mieux comprendre, nous allons poser une question à celles et ceux d’entre vous qui ont un permis de conduire. 

Nous vous demandons de répondre le plus honnêtement possible. En tant que conducteur au volant d’une voiture, vous conduisez :

     1. Mieux que la moyenne      

     2. Comme la moyenne

     3. Moins bien que la moyenne                    

Si vous avez choisi la réponse 1, vous avez choisi la même réponse que 80% des gens.  Ce qui veut dire que 80% des gens pensent qu’ils roulent mieux que la moyenne...   Vous comprenez le problème ?

Autre exemple, une étude réalisée au milieu des années 2000 a montré que 74% des gestionnaires de fortune aux Etats-Unis croient qu’ils sont meilleurs que le marché, et 26% d’entre eux considèrent qu’ils sont dans la moyenne.

Ces deux exemples nous montrent que nous avons tous (les hommes encore plus que les femmes) ce qu’on appelle un biais d’excès de confiance (overconfidence bias).  En d’autres termes, nous aimons croire que nous sommes meilleurs que les autres.

C’est ce qui nous amène à prendre des paris, jouer au casino, au loto et…à croire que nous pouvons prédire la bourse.  

La vérité ?

En moyenne, chaque année, il y a une correction (chute de 10% minimum entre le plus haut et le plus bas de l’année) aux Etats-Unis. Figurez-vous que 80% de ces corrections se transforment en hausse avant la fin de l’année ! 

Depuis 1945, la bourse mondiale a connu en moyenne une chute de minimum 20% tous les 5 ans. Depuis 1945, PERSONNE n’a réussi à prédire les crises de manière cohérente. Certaines personnes qui ont prédit la crise de 2008, à l’instar de Nouriel Roubini, l’avaient aussi prédite en 2004, 2005, 2006 et 2007. A ce rythme-là, une personne, avec une montre cassée, donne également la bonne heure deux fois par jour.

OUI, bien sûr un crash arrivera un jour. Les crashs font partie des cycles boursiers. MAIS PERSONNE ne peut les prédire.

Pourquoi ne peut-on pas prédire les crashs ?

Les marchés dépendent d’éléments qui sont impossibles à prédire, notamment :

- Les résultats des entreprises et les statistiques macroéconomiques

- L’être humain dont les choix dépendent en grande partie des émotions. Nos émotions étant par définition irrationnelles, elles peuvent changer de manière inattendue.

La bourse est par définition IMPREVISIBLE à court terme.

Concrètement, que faire ?

     1. Se détacher des nombreux articles provoquant la peur. Oubliez-les, de toute façon, ils ne vous apporteront rien.

     2. Regarder le moins souvent possible votre portefeuille. Cela vous évitera des émotions qui vous feraient vendre ou acheter inutilement. Consacrez plutôt ce temps à vous relaxer, passer du temps avec votre famille ou vos amis.

     3. Investir pour 10 – 15 ans, au minimum. « La bourse est un outil pour transférer de l’argent des gens impatients vers les gens patients » disait Warren Buffet. Investir avec une optique de long-terme, à savoir 10, 15, 20 ans. Pourquoi ? Les marchés sur  6 – 12 mois, voire 2 – 3 ans ressemblent à des montagnes russes. Investir pour 10 ans minimum, permet de sortir de la peur de la prochaine chute en bourse pour profiter de la hausse à long-terme.

 

Finalement, nous vous laissons admirer ci-dessous les montagnes russes - la volatilité – de ces 37 dernières années et au moins autant de pièges qui auraient pu vous pousser à vendre ou acheter au mauvais moment avec :

- En gris les résultats (en %) en fin de l’année

- En rouge, le point le plus bas (en %) de l’année

(source JP Morgan)

 

Ces montagnes sont-elles une opportunité, une menace ? En fait, que faut-il faire lorsqu’il y a de la volatilité ? Réponse dans notre prochain article.

 

Les points à retenir :

- La bourse monte sur du long terme

- Il est impossible de prédire la bourse à court-terme et donc les crises

- Investir de manière diversifiée pour 10 ans au minimum permet de passer à travers les corrections et les chutes

- Rester éloigné des articles de presse, blog et autre média provoquant de la peur m’évitera de vendre ou acheter inutilement en suivant cette peur

Note et sources

Inflation en Belgique : https://fr.inflation.eu/taux-de-inflation/belgique/inflation-historique/ipc-inflation-belgique.aspx. Consulté le 29/08/2018. Inflation moyenne de 1,63% durant les 10 dernières années.

Titre 2012 : https://www.contrepoints.org/2012/11/13/104315-ce-krach-obligataire-que-...

Titre 2013 : https://www.capital.fr/entreprises-marches/recession-krach-boursier-l-impact-d-un-seisme-economique-sur-les-geants-de-wall-street-818098

Titre 2014 : https://www.latribune.fr/bourse/actualite/20140404trib000823658/un-membr...

Titre 2015 : https://www.ft.com/content/ed0473fe-4b5a-11e5-b558-8a9722977189

Titre 2016 : http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2016/01/12/31007-20160112ARTFIG00110...

Titre 2017 : https://www.forbes.fr/finance/la-prochaine-crise-financiere-se-prepare/?...

Titre 2018 : https://www.lecho.be/nieuws/archief/Ces-bulles-speculatives-qui-nous-men...

Autres exemples de titres de presse et annonces pour les curieux :

2013 : « Le marché mûr pour une petite correction » ; Contrepoints 13/11/2012 :

2014 : “This is nuts, when’s the crash?” Financial Times 13/06/2014

2014 : « Les indices annonciateurs d’un nouveau krach boursier sont bien là » ; Economie Matin le 27/01/2014

2015 : Titre original : “US approaches a true bear market” ; Financial Times 26/08/2015

2016: « nous pourrions facilement voir le S&P 500 s’effondrer de 50% » ; Marc Faber en 2016 

Boursorama le 22/05/2018 : « Vers une nouvelle crise financière mondiale en 2018 ? »

L’echo 13/08/2018 : « assiste-t-on au crépuscule de l’euro ? »

Titre de couverture du Trends Tendance 15 février 2018 : « Chute de la bourse, demain le krach ? »

Titre de couverture du Trends Tendance 31 mai 2018 : « La bourse peut-elle encore monter ? »

Article réalisé en collaboration avec GG Smile