Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

Restructuration de la dette de Rallye : pourquoi action et obligations Casino s’envolent

Rallye a vu son cours dévisser de 60% ce vendredi à la bourse de Paris, tandis que l’action Casino Guichard Perrachon bondissait elle, de 7,50% en clôture. La tendance était similaire sur le marché obligataire. Oblis vous explique pourquoi la réaction des marchés est diamétralement opposée.

Etouffée par le poids de sa dette, Rallye, maison-mère de Casino Guichard Perrachon, a annoncé jeudi avoir été placée sous la protection du tribunal de commerce de Paris, afin de suspendre le remboursement de sa dette et négocier celle-ci avec ses créanciers.

Cette procédure de sauvegarde, ouverte pour une période de six mois (laquelle peut être prolongée jusqu'à 18 mois), permettra notamment à Rallye de travailler à l’abri des fonds spéculatifs.

Sur les marchés, les investisseurs ont perçu l’annonce de cette restructuration comme favorable pour les actionnaires et créanciers de Casino et catastrophique pour ceux de Rallye.

Pour bien comprendre la situation, on rappellera que Rallye détient 51,7% du groupe Casino Guichard Perrachon, son principal actif qui représente 98% de ses revenus.

Fortement endetté, Rallye comptait jusqu’alors sur les dividendes et autres remontées de cash de Casino pour lui permettre d'honorer ses échéances de dettes importantes (paiement des coupons, remboursements, etc).

Compte tenu de la restructuration de la dette de Rallye qui vient d’être annoncée, il est probable qu'une partie de la dette obligataire de Rallye soit effacée. Comme conséquence, Rallye sera moins dépendante des rentrées de Casino, sa dette étant devenue plus légère. 

Cette nouvelle situation est, d'une certaine façon, bonne pour Casino, qui devrait subir moins de pression de la part de sa maison-mère pour lui verser des dividendes. Ces liquidités non distribuées pourraient être allouées, pourquoi pas, au remboursement de sa dette.

En d’autres termes, le profil de crédit du géant français de la grande distribution pourrait se voir renforcé une fois la restructuration de Rallye effective, de quoi expliquer la nette hausse des obligations Casino sur le marché secondaire.

A titre d'exemple, le cours de l'obligation que Casino doit rembourser en 2022 a pris non moins de six points, signe sans doute que les investisseurs spéculent sur une solution de redressement durable pour le groupe de distribution.

Le rendement à l'échéance de cette émission, accessible par coupure de 100.000 euros, se voyait ramené au passage autour des 5%.

 

 

Perte de 50 points pour l'obligation Rallye 2022

A l’inverse, les créanciers et actionnaires de Rallye sont dans une situation plus difficile.

Car même si le processus de restructuration de la dette de Rallye n’a pas encore débuté, on peut raisonnablement spéculer sur le fait qu’un simple allongement des maturités sera insuffisant et ne changera pas grand-chose, la structure du capital de Rallye étant tout simplement trop endettée et non viable dans son état actuel.

Les créanciers obligataires pourraient donc se retrouver à l'issue du processus de restructuration avec des actions Rallye. Les actionnaires historiques de Rallye se verraient donc dilués par leurs "anciens créanciers" devenus les nouveaux actionnaires de contrôle du groupe. Cette dilution explique la forte baisse de l'action Rallye ce vendredi. 

Les obligataires devraient donc subir une lourde perte. Et pour cause, les emprunts obligataires de Rallye, qui totalisent environ 1,3 milliard d’euros, soit 40% de la dette totale de la holding, ne sont pas garantis par des actifs, ce qui les place de facto dans une position de subordination par rapport à la dette bancaire, qui, elle, l’est.