Goldwasser Exchange

+32 (0)2 533 22 40
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h

Accès client

L'obligation Outokumpu 2024 par coupures de 1.000 euros bousculée par les résultats imestriels

Roeland Baan, président et CEO d’Outokumpu, la multinationale finlandaise spécialisée dans les aciers inoxydables et les technologies métallurgiques, l’avait laissé entendre en août : le troisième trimestre serait difficile compte tenu, par exemple, des importations asiatiques bon marché en Europe.

C’est donc sans grande surprise que le CEO du groupe basé à Helsinki a dévoilé fin octobre une baisse de son chiffre d’affaires trimestriel, de sa rentabilité et de son résultat opérationnel brut.

Concrètement, le chiffre d’affaires a reculé à 1,59 milliard d’euros sur les trois mois arrêtés à fin septembre (1,733 milliard un an avant) et l’excédent brut d’exploitation à 45 millions (128 millions). La rentabilité, en baisse de 65%, a décliné de manière significative en raison de la baisse de 8% des livraisons d’acier inoxydable, reflet de la faiblesse du marché de l’acier particulièrement en Europe, explique Outokumpu dans un communiqué. Les résultats ont aussi été impactés par une perte de 31 millions d’euros sur des contrats de couverture, en raison de la forte hausse des prix du nickel, ajoute l’aciériste.

Et pour l’avenir ? La faiblesse du marché européen de l’acier inoxydable devrait persister, les mesures de quotas de l’Union appliquées depuis fin octobre n’ayant pas encore d’effets notables, a expliqué Roeland Baan. Toutefois, le marché devrait être plus équilibré au fur et à mesure que ces quotas entrent en vigueur, a-t-il ajouté. Nous accueillons également positivement l'annonce par la Commission européenne de l'ouverture d'enquêtes antidumping et de l'application de droits compensateurs à l'encontre de la Chine et de l'Indonésie, a-t-il encore déclaré.

Malgré des conditions difficiles, le CEO a confirmé la poursuite de la mise en œuvre de mesures d’amélioration de la productivité, tout comme la volonté de réduire la dette nette (1,336 milliard d’euros fin septembre). Nous avons déjà atteint notre objectif de diminuer cette année de 150 millions d’euros notre besoin en fonds de roulement, bien en avance sur nos prévisions, a souligné Roeland Baan. Au quatrième trimestre, la trésorerie d’Outokumpu devrait aussi être soutenue par le gain en cash de 90 millions d’euros tirés de la vente de biens immobiliers à Benrath en Allemagne (annoncée en mai), a-t-il encore affirmé.

Sur le marché obligataire, l’obligation Outokumpu 2024 a perdu de l’ordre de deux points en réaction à ces chiffres. Début octobre, l’emprunt avait déjà été fragilisé par une note de JP Morgan qui avait abaissé ses vues sur la sidérurgie européenne. Libellé par coupures de 1.000 euros, le cours de l'obligation repart néanmoins légèrement à la hausse puisque le titre se négocie aux alentours de 99% du nominal. Ce qui revient à un rendement d'environ  4,30%, un niveau digne de la catégorie spéculative, malgré une absence de rating chez Standard & Poor's.

L'évolution favorable de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis constituerait pour l'aciériste comme pour le secteur un puissant facteur de soutien.